Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3 - Tipi bookshop
Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3 - Tipi bookshop
Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3 - Tipi bookshop
Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3 - Tipi bookshop
Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3 - Tipi bookshop
Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3 - Tipi bookshop
Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3 - Tipi bookshop
Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3 - Tipi bookshop

Ce débris dont rien n’est venu à bout by Alix Dussart - Edition speciale B3

Regular price€144,00
/
Tax included.

  • Low stock - 1 item left
  • Inventory on the way

L'édition spéciale du livre d'Alix Dussart se compose :

  • Un sac brodé avec une main différente sur chaque sac.*
  • Un tirage imprimé sur Hahnemühle photo rag 308 gr par l'atelier KZG.
  • Le livre signé par Alix Dussart avec son index.
  • Un set de cartes postales sérigraphiées par Chromodrome.

*Les mains sont issues d'un tableau dessiné par le préhistorien André Leroi-Gourhan. Il y classait les différents types de mains négatives réalisées dans la grotte de Gargas (Hautes-Pyrénées). La lettre correspond à une formule digitale, et le chiffre correspond  au nombre de fois que cette formule a été utilisée dans la grotte.

    LE LIVRE CE DÉBRIS DONT RIEN N’EST VENU À BOUT EST UN LIVRE D'ARTISTE TIRÉ À SEULEMENT 80 COPIES ET MARQUÉ D'UNE IMPRESSION DE SON INDEX COMME SIGNATURE.

    Lorsqu’on entre, cela fait l’effet d’une grotte. On ressent presque cette température sourde, comme une densité tranquille et fragile qui transpire des parois et nous enveloppe. Tout est là, mis à nu, classé, présenté. Et maintenant que tout est prêt il faut négocier avec la peur et le noir, qui doivent laisser une place aux marques, aux repères ainsi qu’aux fondations. Je me revois encore lorsque je n’étais qu’une petite boule noire, laineuse, presque râpeuse.

    Mais je me suis laissée polir, un peu. Comme ces couteaux. Et maintenant que mes mains sont habiles elles peuvent à leur tour poncer, tracer, couper, apposer, mouler, tailler, ranger, creuser, et laisser leurs empreintes. C’est drôle on croirait presque que ces branches d’eucalyptus se sont changées en os. C’est que la matière continue sa transformation elle aussi et certainement que nos mémoires se retrouveront quelque part pendant ce voyage.

    Texte de Blandine Lehec

    L'édition normale sans tirage et sans sac brodé est toujours disponible 

      This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.


      Recently viewed